Français Français
info@sanlorenzoturismo.org +034 918 905 313

Sommet de Abantos

Haut de 1.752 mètre, faisant partie du parcours GR-10, le mont Abantos représente l'un des endroits les plus emblématiques pour les alpinistes de Madrid. La verticalité de ses parois et le reboisement réalisé dans le passé, créent une diversité de cadres et de contrastes qui en fait un endroit rêvé pour les amoureux de la montagne.

La pinède

Situation :
Sur les cartes topographiques, cette zone se situe en direction ouest-nord. Sur les cartes générales, elle va depuis Robledondo jusqu'au Monastère et de là à Abantos (jusqu'à Guadarrama). A l'ouest et au nord de la C-505, le village et la C-600.

Tout au long de l'année, le bois de sapin forme une masse verte bleutée qui est parsemée d'ocre sur les fonds des vallées en automne.

Flore :
Jusqu'à la fin du XIXè siècle, cette zone occupait par de grandes extensions de prairies et de ce qui restait des bois autochtones qui avaient été coupés pour satisfaire les besoins de la population. A partir de 1892, commence la reforestation grâce au travail de l'Ecole Spéciale d'Ingénieur des Forêts et postérieurement de l'ICONA.

La limite inférieure du bois, entre les 800 et 1.030 mètres, est formée de petites zones boisées mixtes de pins et chênes tauzins et de toute la flore qui leur est associée.

L'immense majorité des arbres employés pour la reforestation furent les pins, et bien qu'on puisse y rencontrer jusqu'à huit espèces différentes, quatre espèces y sont plus largement représentées.

Le pin sylvestre: Pinus sylvestris, parfois appelé pin (ou sapin) rouge du Nord, ou pin de Riga. Il est facile de le reconnaître grâce à la couleur orangée de ses branches et de la partie la plus tendre de son écorce. Les vieux exemplaires exposés au vent et au froid présentent un aspect « de drapeau », c'est-à-dire que toutes leurs branches sont du même côté, ce qui démontre la capacité qu'ont ces arbres pour s'adapter au vent et au froid. Il est aussi curieux de noter que, lorsque ces arbres poussent sur un terrain rocheux, leur tronc est déformé alors qu'en conditions normales, le tronc est droit et cylindrique. A la fin du printemps, ils créent une «pluie de souffre» formée par la dissémination de pollen jaune libéré par ses fleurs masculines.

Scroll to Top